Fabrication de soie : Du filament à l’entretien

L’étape du filament de soie. La sécrétion de la chenille (bave) connait une extrusion, c’est une sortie sans projection ni écoulement sous la forme d’une aiguille. Ainsi la bave est poussée à partir d’une filière dont fait jonction les deux glandes pour donner le soie. Ensuite elle est récupérée par la filature manuelle ou mécanique. La bave secrétée a une composition de 75 à 80% de fibroïne et de 20 à 25 % de séricine qui est une matière de protection des deux fibres. Et la protection continue jusqu’après le moulinage et le tissage des fibres ; puis elle cesse car, la séricine sera enlevée pour le système du décreusage.
La chrysalide. La chenille après la phase de transformation dans le cocon, ouvre le cocon pour sortir en sécrétant une substance qui rend moins rudes les fils du cocon « soie » qui l’entouraient. Ainsi ces cocons qui lui servaient de chemin ne sont plus utilisables parce que connaissant une discontinuité ; donc inutilisables en filature. Cependant pour éviter la perte des fibres du cocon, les producteurs de sériciculture asphyxient les chrysalides en conservant juste le nécessaire pour une prochaine reproduction de bombyx. Ainsi le même cycle de reproduction recommence aussitôt : l’accouplement des papillons domestiqués (aveugles et immobiles), pour donner de la graine (œuf) qui sera incubée et entretenue avec des feuilles de muriers ; ainsi de suite pour donner des tissus de soie de haute qualité pour l’utilisation de vêtements pour femmes et hommes.

Tissus soie pour caftan

Tissus soie pour caftan

Fabrication de soie

Fabrication de soie

Fabrication de soie caftan

Fabrication de soie caftan